Récupération de l'eau de pluie : marche à suivre ...

Publié le par l'écoleau

¤

Etape 1 :  le captage


La première phase d'une installation de récupération d'eau de pluie , c'est bien évidemment la récupération elle-même , ou le "captage" de cette eau tombante .....
Il est bon de préciser ici un détail qui a son importance , c'est l'aspect de "surface de captage" :
il est à considérer comme surface de captage ou surface de récupération , la projection verticale au sol de votre toiture  , c'est à dire la superficie au sol de la maison + les débords de toits , donc , pour une maison non-attenante de 9m x 12m avec un débord de toit de 50cm sur les 4 côtés , il est à considérer une surface de captage = à 10m x 13m ! ,  et ne pas prendre en compte le "développement de surface de couverture" !! , autrement dit ne pas considérer la pente , puisque l'eau de pluie ne tombe (jusqu'à présent ...) que sur un axe +/- vertical , et non pas sur divers axes perpendiculaires à vos 2 ou 3 ou 4 versants de toitures !! .....

C'est cette surface qui servira de base pour le calcul du potentiel de récupération et du  dimensionnement de votre installation .

Concernant le matériau de couverture , la grande majorité des toitures actuelles est tout à fait adéquate à la récupération des eaux de pluie . Beaucoup de gens se posent  (à juste titre dirons-nous) des questions sur une éventuelle nocivité de tel ou tel matériau , comme souvent par exemple les ondulés Everit/Eternit susceptibles de relarguer de l'amiante .... , reste à savoir exactement à quel matériau il est à faire , car les dernières "générations" de ces produits ne contiennent plus d'amiante , et pour les anciennes , il faut se rendre compte que la contamination   par l'amiante se produit surtout par inhalation de poussières volatiles (travaux , découpage , transformation , manutention , ...), et non pour un simple écoulement d'eau sur une paroi "composite" , et vu la structure du matériau et le peu de contenu nocif pouvant entrer durablement  en contact avec l'eau , vous imaginez que le taux de "transfert" ou de relargage resterait bien infime ....

Néanmoins , reste quelques matériaux qui ne sont pas indiqués pour l'usage concerné , à savoir aluminium , cuivre , plomb , (mais vous savez qu'il existe bien peu de couverture de ce genre) bardeaux goudronés , bardeaux de bois (relargage possible de tanins et huiles essentielles) , toitures végétales .

En ce qui concerne les gouttières et descentes , les "traditionnelles" zinc et PVC conviennet très bien , l'aluminium est à éviter sauf si revêtu d'usine ....

Pour un "candidat récupérateur" , il est de mise d'optimiser ses conditions (quantitatives) de récupération par la connexion au stockage de toutes surfaces de captage disponibles (grange , garage , remise , ....)

Au sujet de la qualité de l'eau de pluie "brute" , reportez-vous au chapitre "Etape 3 : le stockage" , ou aux articles concernés dans la catégorie "eau de pluie" .


A suivre  avec :   "Etape 2 : La  préfiltration"


Publié dans Type d'installation

Commenter cet article