Le PVC

Publié le par l'écoleau



Quelques précisions sur le PVC ....


Qu’est-ce que le PVC ?

Le PVC, Polychlorure de Vinyle, a été inventé en 1878.
Le PVC brut, produit à partir de pétrole et de chlore, est un produit chimique instable. Sa transformation nécessite une proportion (jusqu’à 50%) d’additifs. On y trouve notamment des substances plastifiantes et des métaux lourds (plomb, cadmium, phtalates,...).

Domaines d’application :

    * Le secteur du bâtiment, en priorité, avec 58% d’application à la construction.
    * 17% pour les emballages.
    * environ 4% pour la voiture.
    * environ 4% pour l’électronique.
    * 13% alloué à d’autres utilisations.

Réglementations européennes :

    * En Allemagne, le PVC est interdit dans les villes de Berlin, Münich et Bonn. Il est fortement réglementé dans trois Länder, suite à l’incendie qui tua 59 personnes dans un établissement recevant du public (E.R.P.).
    * En Suède, le parlement a décidé de supprimer le PVC.
    * Au Danemark, l’agence de protection de l’environnement a démontré les troubles provoqués par le PVC sur la santé.
    * En Autriche, une réglementation est en cours.
    * En France, pour l’instant, il n’existe aucune interdiction : son utilisation est libre.

On trouve uniquement sur certains E.R.P. la pose d’affichettes autocollantes (masque à gaz obligatoire) qui indiquent la nature des menuiseries PVC, afin que les services qui luttent contre l’incendie soient avertis des vapeurs toxiques.

Au niveau européen :

Sous la pression des pays européens du Nord, la Commission européenne a rédigé un livre vert sur le polychlorure de vinyle (rapporteur : Guido SACCONI).

Le rapport officiel du 3 avril 1998, émanant du Ministère de l’Environnement, a recensé un taux de mortalité par cancer dû aux rejets toxiques dans l’atmosphère entre 1800 et 5200 personnes par an (une fourchette large dont la part du PVC n’a pas été quantifiée...).

A Bruxelles, la Direction Générale de l’Environnement parle même de substitution au PVC, au conditionnel. Une directive, ou un instrument réglementaire, est en préparation, visant à réglementer l’emploi et le recyclage du PVC.

Environnement :

Fabrication :

Lors de la fabrication du chlorure de vinyle, des déchets conséquents sont rejetés dans l’atmosphère. Ces déchets sont, en grande partie, à la base de la fabrication de plusieurs solvants nuisibles à la santé et à l’environnement (PER, TETRA, CFC,...).
Les recherches récentes prouvent que la production du chlorure de vinyle, le produit intermédiaire du PVC, dégage de grandes quantités de dioxines, des substances toxiques connues sous le nom de "poison de Seveso".
Le PVC doit son incidence négative sur la santé aux substances plastifiantes qui le composent (DEHP,...).

En cas d’incendie :

Le danger devient plus grave en cas d’incendie : aux gaz de combustions s’ajoutent des fumées corrosives (acide chlorhydrique).
En brûlant, le PVC dégage de grandes quantités de dioxines et de furannes. Ces substances hyper toxiques peuvent causer des dommages au système immunitaire et au génome, sans oublier le coût de son élimination après incendie.

Recyclage du PVC :

Actuellement, seul 0,6% du PVC est recyclé. Pour 2010, l’industrie prévoit 4% de recyclage, sans apporter d’autres réponses aux 96 autres %.
Le filtrage de l’acide chlorhydrique, dégagé lors de l’incinération du PVC, est problématique ; le stockage des résidus toxiques issus des installations de filtrage, peu performantes et coûteuses, pose également de nombreux problèmes. L’argument de recyclage avancé par l’industrie, comme étant la meilleure solution, est avant tout un argument de vente dont se sert l’industrie chimique pour "verdir" un produit écologiquement non acceptable.

Coût du PVC :

Le PVC est présenté comme un produit moins cher. Les produits alternatifs ( bois, aluminium,...) sont effectivement plus chers au moment de l’acquisition. Toutefois, les dommages supportés par la collectivité dus à la production et l’élimination des produits en PVC ont un coût. Ce coût indirect se traduit par des redevances et des taxes écologiques. Les matériaux de construction écologiques ayant une durée de vie généralement plus longue misent sur le long terme.

L’Architecture et le PVC :

Les fenêtres, portes, revêtements ( façades, balcons ou terrasses...), les gouttières, les tuyaux de descente présentent des défauts de stabilité, des risques de déformation, d’altération ou de fissuration, sans oublier l’inadéquation esthétique du PVC.

Les produits alternatifs :

  1. Le bois, l’aluminium ou la structure mixte bois-alu pour les menuiseries.
  2. Le zinc, le cuivre ou l’acier inoxydable pour les gouttières, tuyaux de descente.
  3. Les revêtements de sol, plafonds et murs sont à remplacer par des matériaux naturels tels le bois, le linoléum, le grés cérame , l’acier ou la pierre...

Sources :

      Luxembourg :
      Ministère de l’environnement.
      Ministère de la santé.
      Ministère du logement et de l’urbanisme.

      France :
      France 5 - 2002 "pour ou contre le PVC".
      Association Nantes Renaissance.
      Ministère de l’environnement : rapport officiel du 3 Avril 1998.

      Europe :
      Commission européenne - le livre vert sur le PVC.
      Greenpeace France-Belgique-Luxembourg.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jmeximfenetres 13/04/2016 17:12

merci pour cet article sur le PVC