Récupération de l'eau de pluie : marche à suivre ...

Publié le par l'écoleau

¤

Etape 4  :  le pompage



Je me permettrais pour débuter ce chapitre , de vivement vous recommander le choix d'une pompe de qualité et bien adaptée à l'usage ici concerné ! ... Nous sommes souvent face à ce dilemme , de choisir entre l'option du  "2 ou 3 x pas cher et ça ira ce que ça ira ..." ou du "1 x plus cher mais fiable et durable" .... , mais l'expérience montre souvent que la 1ère solution n'est pas nécessairement économique , et que la 2è nous fait bien profiter de ses avantages et nous évite bien des déboires ... !!
Cependant , je ne me permettrai pas de vous conseiller telle marque ou tel modèle précis , car ce choix étant assez large , il doit , je pense , s'orienter selon vos appréciations  personelles ...

Vous avez 4 types de pompes possibles et adaptés aux différents usages de votre installation , reste à choisir selon vos préférences , votre budget et/ou les particularités de votre installation ....

  • la pompe de surface seule :

    de préférence horizontale, centrifuge multicellulaire ou à piston, autoamorçante, avec ou sans appareil de gestion automatique de pression et/ou sécurité manque d'eau.

Avantages : moins chère, modèle de base 

Inconvénients : se met en marche à chaque tirage d'eau, donc très sollicitée

=> usure + rapide ,  => + de bruit ,  => + de conso. Élect.





Publicité gratuite pour information












  • la pompe immergée seule :

             attention de bien considérer une pompe immergée de cuve et non de forage ...

Avantages : est d'office en "hors-bruit" et "hors-gel" .. ! , et peut être  intéressante selon certaines disposition des lieux ...
meilleur rendement comparativement ...
évite l'achat et la connection du tuyau/crépine  d'aspiration ..

Inconvénients : plus chère , mais peut éviter d'autres frais (voir > avantages)




  • le groupe surpresseur :

    IDEM  que les 2 premiers + réservoir à vessie d'eau sous pression ( > jusqu'à 8-10 bars )

=> gros avantage de stocker sous pression un volume d'eau ( 50 > 1000 l. ), choisi en fonction du dimensionnement de l'installation, permet de soulager la pompe en évitant les démarrages répétitifs.

Attention , il faut savoir que la "vessie" est mise sous pression par de l'azote , (généralement à l'extérieur de la vessie et donc l'eau est stockée à l'intérieur)  mais ceci implique que la réserve utile d'eau dans la vessie correspond à seulement 1/4 à 1/3 du volume du réservoir lui-même !! ..

La vessie est une "poche" interchangeable , en butyle qualité alimentaire .

Pour le type "de surface" :   la pompe peut être montée directement sur le réservoir  , ou rester discociée  ...





















  • le groupe-module de gestion automatique :

    IDEM que pompe seule couplée avec un kit d'automatisation (pression et manque d'eau) + électrovanne 3 voies (permutation EDP < > eau de ville) + petit réservoir d'appoint (10 – 15 l.)

=> ce type d'appareillage est très pratique puisqu'automatisé et performant, mais beaucoup plus cher aussi évidement !!

attention de veiller à ce qu'il soit conforme à la norme EN 1717  , par rapport à la disconnexion !

Par contre , si votre installation est correctement dimensionnée , votre stockage devrait rarement être "à sec" , et pour le peu que l'on se donne la peine de contrôler de temps en temps son niveau , l'achat de ce type d'appareil "moderne" ne se justifie pas vraiment , dans le sens où il est facile d'installer une alimentation "de secours" en eau de ville vers la citerne de pompage , qui permet si besoin de combler le manque d'eau dans celle-ci ...

Cette possibilité permet d'elle-même la disconnexion entre réseau eau de ville <-> eau de pluie ...








Quel que soit le modèle , ne pas oublier le dispositif "sécurité manque d'eau" approprié !!  (voir avec votre vendeur..)

Dans le cas des pompes de surface , il est fortement conseillé d'aspirer l'eau par un tuyau souple équipé d'une crépine à anti-retour et d'un ballon flotteur , cette crépine "flottante" permet de pomper l'eau à +/- 10cm sous la surface de l'eau , sans aspirer les saletés surnageantes ou le dépôt de fond ....




















Selon la pompe et ses raccords entrée/sortie , la section du tuyau d'aspiration (> jusqu'à la pompe) et du tuyau de refoulement (> de la pompe à la nourrice de distribution) est généralement de 1"1/4  , mais au minimum de 1" .. !
(tuyau PEHD alimentaire , diam 32 ext. )


Concernant le contrôle de niveau d'eau dans la cuve , vous pouvez vous installer une jauge de niveau , soit pneumatique (entre 50 et 140€ ), soit électronique (entre 150 et 190€ ) soit à ultra-sons (non communiqué )..... ou rester à la simple (et aussi bonne) méthode du contrôle manuel/visuel , qui a au moins le mérite d'être fiable et gratuit .....






A suivre ... avec  :  étape 5  :  la filtration .




Publié dans Type d'installation

Commenter cet article