Pollution aux nitrates

Publié le par l'écoleau



Contentieux nitrates :  tensions avant la décision européenne

06/03/2007

Des mesures gouvernementales ont été annoncées pour limiter l’utilisation de nitrates dans certaines parties de Bretagne. Elles sont vivement critiquées par certains agriculteurs. Le dossier est en cours de négociation avec la Commission européenne.


A lire sur JDLE



Ainsi que :


Nouvelle guerre de l’eau en Bretagne

par Marc Laimé,  27 février 2007

Plusieurs locaux de l’association Eau et rivières de Bretagne viennent d’être saccagés par des commandos d’agriculteurs qui ont également proféré des menaces de mort à l’encontre de Gérard Borvon, président de l’association S-Eau-S, responsable « Eau » des Verts, et membre du Comité national de l’eau. Les casseurs veulent faire obstacle à la mobilisation massive des associations de pêcheurs et d’écologistes bretons, qui s’insurgent contre la décision annoncée le 12 février dernier par le préfet de la Région Bretagne de fermer en catastrophe plusieurs captages d’eau pollués par les nitrates. Les pouvoirs publics tentent par ce biais de soustraire la France à une lourde condamnation par la Cour de justice des communautés européennes. L’amende pourrait se chiffrer à 10,9 millions d’euros, assortie d’astreintes financières d’un montant de 100 000 euros par jour. Au total la facture pourrait atteindre les 100 millions d’euros. Ecologistes et pêcheurs dénoncent la duplicité de l’Etat qui va faire payer la note de la pollution par les nitrates aux usagers du service public de l’eau.

Lire la suite ici

et :

Guerre de l’eau en Bretagne (2) :
duplicités électorales françaises et risques de sanctions communautaires

par Marc Laimé,  3 mars 2007

Le 21 mars prochain la Commission européenne décidera des suites qu’elle apportera aux poursuites engagées contre la France, mise en cause pour n’avoir pas rétabli la qualité des eaux bretonnes infestées par les nitrates. En dépit des mesures décidées le 12 février dernier par le Préfet de région, qui a annoncé la fermeture de plusieurs captages, déclenchant la colère des agriculteurs qui s’en sont pris violemment à des associations de défense de l’environnement, la Commission risque de considérer ces mesures insuffisantes, et d’infliger à la France une amende assortie d’astreintes, ce qui pourrait porter la sanction à plusieurs dizaines de millions d’euros par an.


Lire la suite ici



et aussi  :

Le captage d'eau potable de l'Aber-Wrac'h en sursis

(Ouest France 29)

L'EAU de BRETAGNE

Face aux excès de nitrates, l'État met la pression aux éleveurs laitiers, qui refusent ses propositions.


Le captage d'eau potable de l'Aber-Wrac'h en sursis (Ouest France 29)

Le projet est tombé comme un couperet. Si la France veut échapper à une amende de l'Europe d'environ 100 millions d'euros, elle doit faire un geste fort pour que ses eaux de rivières, utilisées à la distribution d'eau potable, passent enfin sous la norme de 50 mg de nitrates par litre. Résultat, le 13 février, le préfet de région a annoncé la fermeture de quatre prises d'eau potable (dont celle de Plouvorn, près de Morlaix) et des mesures drastiques sur cinq autres bassins versants, dont celui de l'Aber-Wrac'h. En clair, les agriculteurs devront réduire la fertilisation des sols en azote (qui se transforme en nitrates) d'environ un tiers. L'eau de l'Aber-Wrac'h a dépassé en 2006 pendant environ 200 jours les 50 mg de nitrates. Dès 2009, ces dépassements devront se limiter à 18 jours.


Lire la suite ici



et aussi  :



Exactions commises à l'encontre des locaux de l'association bretonne "Eau et Rivières"


Gérard Borvon, membre et président de 'S-eau-S' menacé de mort.

 La revue de presse.

Dans la nuit de lundi à mardi, les locaux brestois de l'association Eau et Rivières ont été forcés et vandalisés. Des menaces de mort visant l'association comme Gérard Borvon, ancien porte-parole des Verts, ont été taguées sur un mur, ainsi que sur deux sens giratoires, à Landerneau. Ces déprédations ont eu lieu peu après la dispersion de deux manifestations agricoles.


Lire la suite ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article