Marchandisation de l'eau ...

Publié le par l'écoleau




Marchandisation de l’eau : la nouvelle offensive

par Marc Laimé, 4 avril 2007


Après l’échec relatif de la première phase de libéralisation forcée des "marchés de l’eau", initiée dans les années 1980 par les institutions financières internationales et les entreprises transnationales du secteur, symbolisée par la signature de dizaines de contrats de "Partenariat-Public-Privé", une seconde offensive est en cours. Elle vise cette fois, sur fond de dérèglement climatique, de dégradation croissante des ressources en eau, de pénuries et de surconsommation, l’appropriation marchande de la ressource elle-même et de sa gestion. Si le processus engagé devait aller à son terme, les conséquences en seraient plus dramatiques encore que celles de la première offensive initiée dans les années 1980.

.......

Lire la suite ici ..


ainsi que :



Les 45 mots qui vont faire gagner des milliards d’euros à Veolia pour les siècles des siècles

par Marc Laimé, 11 avril 2007


Un amendement à la loi sur l’eau votée le 20 décembre 2006, passé totalement inaperçu, va permettre à Veolia de préserver sans coup férir son plus grand contrat français, qui représente 50% de ses bénéfices annuels dans l’hexagone. Alors que nombre d’élus et d’associations contestent depuis plusieurs années l’emprise qu’exerce la multinationale sur le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif), il aura suffi de 45 petits mots pour préserver un monopole exorbitant.

....


Les recettes lyonnaises de Veolia : 400 millions d’euros de bénéfices indus en 20 ans !

par Marc Laimé, 12 avril 2007


Depuis une dizaine d’années l’Association des consommateurs d’eau du Rhône (ACER) mène à Lyon un combat exemplaire pour analyser les dérives du contrat d’affermage que la Communauté urbaine du Grand Lyon (Courly) a signé en 1986, pour une durée de 30 ans, avec la Compagnie générale des eaux (CGE-Veolia) et la SDEI, filiale de Suez-Lyonnaise des eaux. D’année en année les dérives de cette délégation de service public apparaissent au grand jour. Alors qu’une révision quinquennale du contrat doit intervenir le 1er janvier 2008, les révélations de l’association commencent à ébranler sérieusement la Courly. Après les actions engagées avec succès par des associations d’usagers dans plusieurs grandes villes françaises, l’Acer a adressé le 26 novembre 2006 au président du Grand Lyon un courrier accablant détaillant les innombrables irrégularités qui entâchent l’exécution d’un contrat qui coûte des centaines de millions d’euros injustifiés aux usagers de l’eau lyonnais. Ce document exceptionnel révèle crument les dérives structurelles de la délégation du service public de l’eau, majoritairement affermé en France aux grandes entreprises du secteur.

....


Lire la suite ici ..

Publié dans Divers ...

Commenter cet article

zara whites 13/04/2007 23:08

cette marchandisation de l'eau...mais c'est incroyable ça! tu sais, je trouve que nos gouverneurs devraient mettre leur main à la poche, pour tous nous offrir des sustèmes de recuperation d'eau! eux aussi, un jour, ils auront soif!

l'écoleau 14/04/2007 20:51

Coucou toi ,bah .... , tu sais .... c'est certainement le moindre de leur soucis ... , ils ne "vivent pas dans le même monde" que nous ..... et rien qu'à voir ce qui s'est passé dans les discussions de la nouvelle loi sur l'eau , et notamment concernant le crédit d'impôts EDP , qui risque encore bien de se faire saboter encore un peu plus par l'arrêté qui va sortir ....... ben tu sais .... on a compris ce qu'il faut hélas comprendre .................. !Pauvre France ......bises à toià bientôt ...."L'écoleau"