"Affaire Cristaline" ... suite ..

Publié le par l'écoleau

Réactions diverses et mise au point suite à  l'«affaire Cristaline» ....


Il n'y a pas à dire , mais , contrairement aux « feux de l'amour » , la « guerre de l'eau » a fait couler ... beaucoup d'encre en ce début d'année ...


Avant d'apporter ici mon eau au moulin , je dois vivement vous recommander la lecture attentive de cette saga , vue , analysée et commentée par Marc Laimé , avec son excellence et son humour habituel ...

Il nous dresse un large résumé des « à côtes » de cette curieuse affaire , depuis l'émergence des conflits voici 3 ans jusqu'à la médiatisation (très « simpliste encore une fois...) dont vous avez très certainement été témoin ....

La situation de crise et d'opposition actuelle (et future) dans « le milieu » ainsi que les enjeux qui en découlent sont d'une telle importance , que je vous invite à suivre de bout en bout cette longue démonstration , en 6 épisodes , qui vous éclaire d'une autre lumière toutes les sombres facettes de cette guerre commerciale .....

( Ne ratez pas les quelques commentaires avisés en fin d'épisode 6 .. )


REMOUS

L’Affaire Cristaline (1) : une guerre de l’eau française

par Marc Laimé, 26 janvier 2007

La « communauté française de l’eau » vient de voler en éclats. Distributeurs et embouteilleurs d’eau sont en guerre ouverte. Les enjeux du conflit sont considérables. Ils éclairent d’un jour cru la déliquescence d’une « gouvernance » inféodée à un mercantilisme effréné. Symbolique, cette crise appelle plus que jamais à une réforme d’ampleur de la gestion de l’eau en France.


REMOUS

L’Affaire Cristaline (2) : Qualité de l’eau, un déficit en forte croissance...

par Marc Laimé, 26 janvier 2007

La violente « guerre de l’eau » qui a brutalement opposé distributeurs et embouteilleurs au début du mois de janvier 2007, quelques jours à peine après l’adoption d’une loi sur l’eau attendue depuis huit ans, tout un symbole, intervient sur fond d’inquiétude croissante des consommateurs, qui s’interrogent, à raison, sur la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine.


REMOUS

L’Affaire Cristaline (3) : le bras de fer distributeurs-embouteilleurs

par Marc Laimé, 26 janvier 2007

Depuis 2004, tant distributeurs d’eau qu’embouteilleurs affrontent un marché en méforme. Les volumes facturés diminuent sensiblement, pour des raisons spécifiques à chaque segment de marché. Ce contexte qui menace des marges bénéficiaires jusqu’alors confortables va jouer un rôle majeur dans l’affrontement violent qui va éclater en janvier 2007.


REMOUS

L’Affaire Cristaline (4) : Haro sur les embouteilleurs !

par Marc Laimé, 26 janvier 2007

A l’origine, dès 2004, ce sont les distributeurs d’eau, institutions publiques et grands groupes privés, qui initient des campagnes de publicité comparative vantant les atouts de l’eau du robinet. La démarche ne va pas sans arrière-pensées qui éclairent d’un jour cru les enjeux de l’affrontement comme les rapports de force en présence.


REMOUS

L’Affaire Cristaline (5) : Le point de vue d’un médecin

par Marc Laimé, 26 janvier 2007

Le docteur Claude Danglot, médecin et ingénieur hydrologue, militant de la CGT, a longtemps travaillé au Crecep, le laboratoire municipal qui contrôle la qualité de l’eau dans la région parisienne, labo qu’il a quitté l’an dernier, tout en demeurant fonctionnaire à la mairie de Paris. Il milite au sein de l’association, « Eau Secours - Ile de France », qui a pour objet social la « protection de l’eau et de ses consommateurs ». Que pense-t-il de cet invraisemblable « méli-méleau » ?


REMOUS

L’Affaire Cristaline (6) : Paysage après la bataille...

par Marc Laimé, 26 janvier 2007

L’affrontement sans précédent entre distributeurs d’eau et embouteilleurs laissera des traces durables. Il dessine clairement les « nouvelles frontières » de la gestion de l’eau, des stratégies d’acteurs inédites, des fractures insoupçonnées. Au vu des enjeux les pouvoirs publics, et au-delà la société toute entière, doivent impérativement se réapproprier une gestion qui ne peut être abandonnée aux logiques mortifères du marché.


>>  Lire cette "saga" sur le blog de l'auteur ...


Quant à moi (et d'autres...) , j'aimerais réagir à cette « affaire » en vous proposant quelques interrogations sensées interpeler votre propre réflexion , et surtout votre discernement le plus aiguisé ....

Dans tout le battage médiatique auquel nous venons d'assister , la chose qui m'inquiète réellement a été de constater une alliance étroite entre « Eau de Paris » , (Société anonyme) les associations environnementales et le ministère , qui se sont dressés d'une même voix contre la campagne de publicité « Cristaline » et les enjeux écologiques qui en découlent , mais aussi et surtout ... en faveur et en promotion même de la qualité de l'eau du robinet en tant que « eau de boisson bonne à boire » .... !!


Je dois préciser très clairement que je partage tout à fait leur position et leur combat contre ce carnage environnemental que représente les déchets plastiques et contre le bilan écologique détestable du marché de l'eau embouteillée ....


Cependant , il serait bon de garder chaque chose à sa juste place ! ... , car , le noeud épineux de la situation est justement cette confrontation de 2 contextes sensiblement distincts , à savoir un très mauvais bilan écologique d'une part et une qualité d'eau alimentaire d'autre part , le tout sur un même et unique enjeu ... : le marché de l'eau de consommation quotidienne .. !!!

Et c'est là que se pose un autre problème , une autre polémique , qui hélas ne bénéficie que de très peu de débat .... , c'est l'épineux sujet taboo de « l'impact sur la santé d'une consommation quotidienne et prolongée de l'eau du robinet » ...


Je ne peux entrer dans tous les détails de ce vaste domaine maintenant , car nous sommes en préparation d'un dossier complet sur ce sujet précis , qui devrait être publié au printemps ....

Néanmoins , en guise d'apéro avant ce futur dossier , voici quelques interrogations que je voudrais vous soumettre dans l'immédiat .. :


1) voici une définition de l'eau « potable » présentée sur le site de « Eau de Paris » :

« "Une eau potable est une eau destinée à la consommation humaine, qui peut être bue toute une vie sans risque pour la santé, à l'exclusion des eaux minérales naturelles". »

Question 1 : le fait d'ingérer « durant toute une vie » du chlore (qui faut-il le rappeler est un biocide !! ) , du fluor , des nitrates , des pesticides , du plomb , etc .... etc ... , ainsi que d'innombrables substances reconnues toxiques (nous aborderons ce point au sein du dossier à venir) présentes dans l'eau mais non répertoriées dans les normes de potabilité ... , peut-on honnêtement et sereinement considérer cela comme « sans risque pour la santé » .. ???

Question 2 : « .. à l'exclusion des eaux minérales naturelles » .. , faut-il rappeler que les eaux minérales ne sont pas soumises à la législation de l'eau potable , et si c'était le cas , beaucoup de ces eaux seraient retirées du marché !! ... , donc , ces eaux étant reconnues à vertus thérapeutiques à usage qui devrait être contrôlé médicalement , pourquoi toutes les publicités télévisuelles vantant les bienfaits de ci ou ça de ces eaux en consommation ... quotidienne ... sont elles acceptées , et non considérées comme dangereuses ou mensongères ???



2)  Voici quelques éléments de « présentation » du suivi des contrôles sanitaires de l'eau sur Paris , toujours sur le site de « Eau de Paris » ...

« Chaque jour, l'eau de Paris est soumise à de multiples analyses depuis la ressource jusqu'au robinet. .../... Eau de Paris analyse plus de 1 500 échantillons pour la détermination de quelques 2 500 valeurs, auxquels s'ajoutent les analyses en continu. .../... Le CRECEP analyse ainsi chaque année plus de 800 000 paramètres de sécurité sanitaire. .../... Au total ce sont plus de 2 millions de mesures de qualité qui sont réalisées chaque année de la production au robinet du consommateur. ... »

Il est de bonne guerre de nous bombarder de chiffres les plus impressionnant les uns que les autres , de « noyer le poisson » dans ce dédale d'analyses de ci et de contrôles de ça , de nous faire croire que l'eau est contrôlée tous les jours pour tous les paramètres et que tout va bien dans le meilleur des mondes ... , MAIS .... si vous observer attentivement le tableau et les indications suivantes :

http://www.paris.pref.gouv.fr/telecharge/bilan%202005.pdf

vous pouvez lire comme moi :

« Chaque unité de distribution a été partagée en sous unités de distribution desservant, chacune, une population de 20 000 habitants environ. Dans chacune des 108 sous unités de distribution ainsi définies, un prélèvement est réalisé tous les 15 jours, alternativement : » ... ,

Si vous vérifiez également le « tableau 3 » suivant :

http://www.admi.net/jo/2001/20397.html


Question 1 : peut-on « croire » le fait que l'eau du robinet soit contrôlée tous les jours sur chaque unités de distribution ??? (concernant ici Paris )

Question 2 : Paris étant une très grande agglomération et de surcroît la capitale , et vu que la fréquence des contrôles est établie en fonction du nombre de population desservie , en comparant le tableau 3 avec la capacité de distribution de votre secteur .... peut-on croire qu'en province et en campagne l'eau distribuée est contrôlée tous les jours , comme on se plait à le laisser entendre .. ??? , et que tout risque est illusoire ...???


3)  La notion de « potablité » des eaux de consommation est une considération de valeurs quantitatives à respecter pour tout le panel des substances répertoriées ..

Pour rappel : (voir épisode 5 ci-dessus , dans l'article du Dr Danglot)

« En fait, il faut avoir à l’esprit qu’il existe DEUX définitions de l’eau potable, définissant deux ensembles non superposables :

Une définition règlementaire : une eau potable est une eau conforme aux normes règlementaires. Dans cette optique, l’eau du robinet et les eaux minérales embouteillées sont généralement potables, sauf accident.

Une définition médicale : une eau potable est une eau qui ne rend pas malade, même à long terme. Dans cette optique médicale, ni l’eau du robinet ni les eaux minérales embouteillées ne sont potables, sauf exception. »


Au regard des tableaux des pages 4 et 6 du même document :

http://www.paris.pref.gouv.fr/telecharge/bilan%202005.pdf


Question 1 : peut-on réellement considérer que la consommation quotidienne d'une eau avec de tels taux (néanmoins « conformes » .. , même si ça représente , en nitrates par ex. , un taux entre 20 X et 50 X le taux des eaux embouteillées .. ! ) est sans risques pour la santé ... ???

Question 2 : pouvons-nous compter sur une qualité parfaite , permanante et homogène de l'eau distribuée sur tout le territoire national ... ???


4)  Lorsqu'on lit ceci (dernier paragraphe de la lettre de « eau de Paris » destinée au Ministre de la santé)

http://www.eaudeparis.fr/cgi/actualite/images/lettre_au_ministres_sante.pdf

« ... afin de réaffirmer la bonne qualité de l'eau du robinet et de permettre aux consommateurs de disposer d'une information sincère sur la qualité de cette eau. »


Si vous prenez la peine de parcourir en longueur le rapport suivant :

http://www.senat.fr/rap/l02-215-1/l02-215-1.html

intitulé « la qualité de l'eau et de l'assainissement en France »


ainsi que cette « lettre santé – environnement : eau et santé » émanant de France Nature Environnement :

http://www.fne.asso.fr/PA/sante/publi/Lettre_santen20.pdf


Question : pensez-vous que vous disposez de manière générale d'une bonne , complète et surtout sincère information sur les réelles qualités de l'eau de distribution publique ... ???



5) Lorsque l'on constate :

« Bertrand Delanoê, maire de Paris, et Anne Le Strat, PDG d’EAU DE PARIS, société d’économie mixte de la Ville de Paris, ont décidé d’engager une procédure pénale contre la société Cristaline, pour sa campagne de publicité qui porte atteinte à l’image de l’eau du robinet et à la qualité du service public de l’eau. »


Question 1 : pensez-vous sincèrement que « l'eau du robinet » détient une « image » si flatteuse qu'il en soit interdit de remettre en cause sa qualité en tant qu'eau de boisson ... ???

Question 2 : pensez-vous que le service public de l'eau soit exempt de toute remise en cause ... ???

Question 3 : donc => .. est-il interdit de le faire savoir , au point qu'il en deviendrait ... condamnable ... ???



6)  Lorsqu'on lit ceci ( second paragraphe de la lettre de « eau de Paris » destinée à la Ministre de l'écologie)

http://www.eaudeparis.fr/cgi/actualite/images/lettre_au_ministre_enviro.pdf

«  ... le message porté par cette campagne publicitaire crée la suspicion sur la potabilité de l'eau du robinet et nourrit la défiance à l'égard de celle-ci . »

il s'avère que cette accusation est fausse , puisque la pub Cristaline ne remet pas en cause la potabilité de l'eau mais bien sa qualité , saine ou non-saine pour la santé ...


« ...ces affiches laissent entendre que les autorités sanitaires laissent consommer une eau de mauvaise qualité voire dangereuse pour la santé des français ... »

..et bien à contrario , je demande à ce que les autorités sanitaires nous démontre et nous prouve de manière formelle que la consommation quotidienne et à long terme de cette eau ne représente aucun risque pour la santé ... !!!


« EAU DE PARIS entend clairement réaffirmer que l'eau du robinet qu'elle produit pour Paris est une eau potable, bonne à boire et équilibrée. »

... potable .. peut-être .... mais « bonne à boire » et « équilibrée » .... c'est bien là qu'est le noeud du problème ....

Et n'en déplaise à Eau de Paris , il serait bon qu'il ne fasse pas d'un cas un généralité ... !


7)  Dans un communiqués de presse de Pierre Mansat, Catherine Gegout (conseillers de Paris –PCF) et d'Anne LE STRAT, PDG d'EAU DE PARIS
Aritcle du Parisien du 12 janvier 07

« La campagne de publicité lancée par la société d'eau en bouteille Cristaline ( Groupe Castel) est absolument inacceptable.

Cette campagne met en avant le « prix élevé de l'eau du robinet », son « mauvais goût », « sa teneur en plomb , en nitrates et en chlore », ainsi que le fait « qu' elle soit issue d'eaux usées, notamment celle des sanitaires ».

Elle est a la fois mensongère et fondamentalement anticitoyenne.

.... »


Question : en quoi devient-il « anticitoyen » de rappeller des faits avérés , qui plus est , soupçonnés de porter atteinte à la santé du consommateur ... ???

Car , si il semble choquant et inacceptable que Cristaline ait « osé » mettre en avant le fait que l'eau potable publique à Paris soit issue en partie d'eaux brutes de rivière et d'eaux usées traitées .... , force est de constater que , par la lecture de ce tableau en page 3 de ce même document de la DDASS :

http://www.paris.pref.gouv.fr/telecharge/bilan%202005.pdf

on remarque que la majorité des eaux brutes à Paris est issue de la Seine , et aussi de la Marne ...

et en se référent au site de la « SIAAP » et comme l'indique le Dr Danglot , une quantité impressionante d'eaux usées est rejettée dans la Seine , après traitement en STEP ...

Question : où est le mensonge de l'allusion de la pub Cristaline ... ???


Et rappelons aussi que l'allusion inverse est tout aussi justifiée , puisqu'à l'heure actuelle , nos autorités requièrent toujours l'emploi de l'eau potable pour la chasse des W.C. ....



8)  Voici aussi une belle démonstration du « tout dire , même n'importe quoi .. » .. !! :

Communiqué de Presse de L'Union nationale des associations familiales du 19 01 07 : La pub Cristaline surfe sur nos peurs

« .../... En effet, il ne peut être question de remettre en cause la fiabilité de la qualité de l'eau au robinet, et de porter ainsi atteinte aux systèmes de contrôles et d'alertes mis en place, qui assurent au quotidien la meilleure sécurité microbiologique de l'eau potable au robinet. .../... »

Tiens tiens ... , je reviens à une question précédente :

devient-il interdit de douter de la qualité de l'eau du robinet .. ??

le non-risque ici dépendrait donc uniquement de la meilleure sécurité microbiologique ... ??? , ha bon .... ?

« .../...Surfer sur les peurs en désinformant le public, en particulier les familles, ou jouer d'une publicité comparative déloyale n'est pas acceptable !.../... »
Question 1 : où est la « désinformation » de la part de Cristaline ...??? , et où serait la « meilleure » information de la part de « Eau de Paris » par exemple ....??

Question 2 : pourquoi la pub comparative ici de Cristaline serait-elle déloyale .. ?? , et la tout autant comparative campagne 2005 de « Eau de paris » représentée ici :

http://www.eaudeparis.fr/cgi/actualite/eaudurobinet.shtml

ne le serait-elle pas .. ???

« .../...Cette campagne risque de nuire aux efforts d'incitation menés depuis des années par les associations de consommateurs et de protection de l'environnement pour l'utilisation de l'eau du robinet qui, du seul point de vue économique, revient dix fois moins cher que l'eau en bouteille.../... »

.. et voilà où le piège se referme , l'argumentaire économique et écologique (totalement justifié , j'en conviens) occultant complètement le domaine de la santé ... au grand bonheur de « certains » .....



9)  Communiqué de Presse de La fédération France Nature Environnement du 16 01 07

« Stop à la campagne Cristaline,oui à l'eau du robinet ! »
« Qui prétend que l'eau du robinet a mauvais goût ne doit pas en boire souvent ! »


« Avec sa toute dernière campagne de communication et son slogan : « Qui prétend que l'eau du robinet a bon goût ne doit pas en boire souvent », la marque Cristaline a dépassé les bornes ! Et le pire reste à venir : la prochaine vague d'affiches publicitaires assimile l'eau du robinet à l'eau des toilettes : Cristaline pousse le bouchon vraiment trop loin ! .../...»

« ../..La fédération France Nature Environnement souhaite rappeler que l'eau du robinet est tout à fait potable, qu'elle est contrôlée un grand nombre de fois avant d'arriver chez le consommateur et qu'elle coûte cinquante fois moins cher que l'eau de source que l'on trouve en magasin.
D'ailleurs, l'eau de source n'a souvent pas de grande différence avec la plupart des eaux du robinet qui parfois proviennent des mêmes nappes (c'est le cas pour Cristaline dans la région de Saint-Nazaire). Pire, de nombreuses dérogations sont octroyées aux eaux de source embouteillées, lesquelles contiennent parfois de l'antimoine (dû au PET constituant leur emballage), et les conditions ainsi que la durée de leur stockage avant consommation ont des incidences sur le contenu (ce qui est d'ailleurs rappelé sur les étiquettes). ../.. »

Ici , je dois avouer que je ne comprends pas très bien une telle prise de position de la part de F.N.E. .... ?

Que F.N.E. Et autres associations environnementales bataillent contre les déchets plastiques est une chose , à laquelle j'adhère je le répète , mais qu'elles s'impliquent dans le jeu commercial de l'eau publique sans se soucier de l'aspect santé .... là j'ai difficile à comprendre , car après avoir publié en décembre 2003 cette lettre « santé - environnement » :

http://www.fne.asso.fr/PA/sante/publi/Lettre_santen20.pdf

dans laquelle on peut lire ceci :

« Bilan de la qualité des eaux distribuées en Midi-Pyrénées

L’étude réalisée par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne englobe l’ensemble du bassin Adour-Garonne, mais sont plus particulièrement présentées les données concernant la
région Midi-Pyrénées.

La région Midi-Pyrénées possède 1.992 unités de distribution* (UDI), dont 75% desservent moins de 500 habitants permanents et 5% plus de 5.000 habitants ; parmi les 982 UDI non conformes, nombreuses sont celles alimentées par une eau non conforme aux critères bactériologiques. Ceci est particulièrement vrai dans les
départements montagneux (40% en Ariège, 55% dans le Tarn et  jusqu’à 80% en Lozère !). Par ailleurs, les départements pratiquant les cultures intensives, tels la Charente, la Charente-Maritime, le Tarn-et-Garonne et le Gers possèdent environ 20% des UDI non conformes aux normes édictées pour les pesticides.
Quand aux nitrates, ils posent surtout problème en Charente où 13% des UDI sont non conformes pour ce paramètre. Les nitrates sont un problème important surtout au niveau des nappes phréatiques contaminées. Globalement, l’état des ressources en eau se dégrade.

Un chiffre intéressant à noter : 45% des UDI non conformes pour le paramètre turbidité le sont aussi pour la bactériologie. Le  paramètre turbidité est un indicateur du bon fonctionnement des exploitations et du réseau de distribution. En effet, les bactéries
peuvent se fixer aux matières en suspension présentes dans l’eau et résister aux traitements.../.. »

ainsi que :

« Malgré les avancées en matière de protection sanitaire apportées par le Décret 2001-1220, FNE a déploré un déficit important de concertation lors de l’élaboration de ce texte (cf. avis donné en Comité National de l’Eau20). Elle a relevé un certain nombre de carences dans la transposition des Directives 75/440/CEE et 98/83/CE, et quelques incohérences de réglementation de nature à violer les principes d’action préventive et de précaution, dans un domaine où environnement et santé publique ont vocation à être appréhendés de concert.

FNE et Eau et Rivières de Bretagne ont donc engagé en février 2002 un recours contentieux devant le Conseil d’Etat à l’encontre de ce décret 2001-1220 .../... »


c'est comme si F.N.E. était devenue à ce point « influençable » qu'elle en serait arrivée aujourd'hui à « retourner sa veste » .....

.. dommage ...

 

10.   Communiqué de presse de l'"Arpège" :

>>    à lire ici ..

 extrait :   « Je tiens à exprimer notre entier soutien à EAU DE PARIS dans sa démarche de protestation contre cette campagne de dénigrement infondée et mensongère qui tend à susciter le doute dans l’esprit du consommateur sur la qualité de l’eau du robinet et porte fortement atteinte à l’image du service public de l’eau en France. ».

.. Comme quelqu'un le chantait ... : "des mots .. des mots ... toujours des mots .. "

"..campagne de dénigrement infondée et mensongère ..."  ... , je pense que vous aurez maintenant quelques éléments supplémentaires pour vous faire votre propre opinion sur le caractère soit-disant infondé et mensongé de cette campagne de pub , mais soulignons aussi au passage , que si il devient interdit de "susciter le doute" dans l'esprit du citoyen ..... qu'advient-il de notre liberté de penser ?? , de notre pouvoir de discernement ?? , de notre libre arbitre ?? ......

Il serait temps pour certains de se rappeler que nous ne sommes pas en dictature ....!!!!


Tout cela en fait pour simplement démontrer à quel point les réactions des uns et des autres , ainsi que toutes les interpretations parfois douteuses et les « informations » dispensées de ci de là , peuvent être très accusatrices mais parfois dénuées de fondement , créant polémiques et battage médiatique en parvenant à détourner le regard des sujets qui fâchent ....


Conclusion

 

Si d'un côté il y a de l'eau qu'il ne faut pas acheter car son bilan écologique est très négatif , et de l'autre une eau de qualité douteuse en tant qu'eau de boisson quotidienne ..... mais alors ... , que faut-il faire .. ???


Personellement , je dirais qu'il se présentent 3 cas de figure :

    1.  beaucoup vont continuer à faire confiance en nos autorités et en la qualité de l'eau qu'on nous distribue au robinet , sans trop se poser de questions ...

    2.  beaucoup d'autres vont continuer à dire : « mon eau du robinet , elle est dégueu.. » et vont continuer ... à acheter des bouteilles , sans trop se poser de questions ...

    3.  certains , ceux qui restent , qui ont une fibre écolo et/ou un certain soucis de la préservation de leur santé , vont quant à eux continuer d'être bien emmerdé dans ce joyeux merdier , à se poser moultes questions pour trouver une possibilité d'alternative ..., la plus intéressante et la plus fiable possible bien entendu , dans le respect de leurs attentes ...


Le problème est bien là , justement , de trouver l'alternative ... !

Tout autant personellement , je dirais qu'il se présentent à nouveau 3 possibilités :


->    pour ceux qui sont hors agglomérations et qui ont la chance de connaître une source naturelle pas loin de chez eux , c'est de se faire confirmer qu'elle est accessible , contrôlée et conforme à la consommation ... L'avantage est qu'elle est « naturelle » , et surtout gratuite .... , l'inconvénient reste qu'elle contient aussi peut-être pas mal de cochonneries , tout en restant dans les « normes » , mais est au moins exempte de chlore ... !

->    la filtration domestique de l'eau du robinet ... : diverses possibilités s'offrent au particulier pour filtrer de manière +/- performante l'eau du réseau , selon divers types d'appareil ..

->    la filtration / potabilisation domestique de l'eau de pluie ... : à savoir que cette possibilité est une démarche d'avenir , tant qualitativement que quantitativement , car l'eau de pluie brute est de meilleure composition que les eaux brutes terrestres destinées à la consommation humaine , que la potabilisation de l'eau de pluie ne nécessite aucun « traitement » , mais simplement des étapes de filtration , que cette filtration de potabilisation domestique aujourd'hui performante offre un bilan écologique bien meilleur et nécessite des moyens bien plus ridicules en comparaison à la potabilisation de masse actuelle .... et ... le résultat final en est , ni plus ni moins , une eau de qualité bio-compatible ....!!!!        

( voir ici :  http://ec-eau-logis.over-blog.net/article-4598980.html ..

ainsi que : http://ec-eau-logis.over-blog.net/article-5038751.html  )


Reste le problème de la frilosité et de l'inertie des autorités sanitaires dans ce domaine , qui ne permettent pas vraiment de faire avancer les choses concrètement sur le terrain , à une époque où on a plus vraiment le droit de tergiverser sur ces enjeux ....


remarque :   certaines mauvaises langues pourraient me rétorquer que la filtration , quelle qu'elle soit , engendre toujours du « consommable-jettable » , et patati et patata ... , et à cela je réponds honnêtement oui ( 1 à 2 X / an .. ! ), bien entendu , mais il est absurde de s'arrêter à cette considération sans au moins analyser la comparaison du bilan financier , écologique global et matériel entre les 2 types de potabilisation .....

Quant à l'aspect commercial de ces procédés , je le connais assez bien , et il est vrai que beaucoup de « margoulins » s'engouffrent dans la voie , il faut donc rester très vigilents et faire preuve de discernement , mais il n'est pas permis de dénigrer pour autant ce marché qui n'est pas moins méritant que le marché public ou de l'eau embouteillée ....


A votre bonne réflexion ...

Commenter cet article

Alexandre 15/07/2008 17:10

Bonjour,
Pour information et pour ceux qui s'intéressent au SIAAP, son directeur vient de lancer son blog : http://www.seineavaldemain.siaap.fr/blog/

zara whites 31/01/2007 13:06

woah, là tu m'en a aprris des choses! Tout ça je ne savais même pas, ni moi, ni la plupart des personnes, je le crains...Heureusement j'ai du avoir du flair, en ayant commencé à filtrer mon eau..je n'aimais pas gaspiller en utilisant les bouteilles en plastique et l'eau du robinet ne me plaisait pas...bravo pour ton dossier!!!